Dans le cadre de l’année France-Vietnam, le MAC/VAL invite Nguyen Manh Hung et Jun Nguyen-Hatsushiba pour des résidences de production de 3 mois d’avril à juin 2014. Les pièces réalisées seront exposées à la fin des résidences. Un vernissage est fixé au 13 juin 2014.

 

Ecoutez les artistes s’exprimer sur leur travail dans notre vidéo : Artistes en résidence au MAC/ VAL

 

Nguyen Manh Hung est né à Hanoï en 1976, il vit et travaille à Ho-Chi-Minh Ville depuis 2011.
Peintre et sculpteur, il juxtapose avec un grand sens de l’humour différents éléments de l’histoire et de la vie quotidienne au Vietnam : avions de guerre, produits agricoles, sacs de courses. Les immeubles de Hanoï sont reconstitués en Barricade (2013), maquette surmontée de sac de jutes évoquant une sorte de « village-forteresse ». Né juste après la fin de la guerre, l’intérêt pour les avions de Hung lui vient directement de son père qui était pilote. L’artiste confronte une iconographie liée aux souvenirs de guerre, très présents dans l’imaginaire vietnamien, à la tradition picturale davantage tournée vers les scènes de la vie quotidienne.
Exposé à Hanoï et à Ho-Chi-Minh Ville, Nguyen Manh Hung a aussi bénéficié d’une exposition personnelle à la Marena Rooms Gallery à Turin en 2006. Ses œuvres ont été présentées dans différentes expositions internationales sur l’art asiatique (7e Triennale d’art contemporain Asie Pacifique, Brisbane, 2012-2013 ; Connect – Kunstszene Vietnam, Ifa gallery, Berlin et Stuttgart et Thermocline of Art – New Asian Waves, ZKM, Karlsruhe).

Pour sa résidence au MAC/VAL, il souhaite peindre des personnages sur des tableaux chinés dans les marchés aux puces, représentations populaires de paysages européens.

 

Jun Nguyen-Hatsushiba est né en 1968 à Tokyo, il vit et travaille à Ho-Chi-Minh Ville depuis 1997.
De père vietnamien et de mère japonaise, Jun Nguyen-Hatsushiba a vécu à Tokyo, Dallas, Baltimore avant de s’installer à Ho-Chi-Minh Ville. Viet-kieu, c’est-à-dire issu de la diaspora vietnamienne, il s’est fait connaître par ses vidéos sous-marines traitant des rapports à l’histoire vietnamienne, Le Memorial Project Nha Trang, Vietnam : Towards the Complex – For the Courageous, the Curious and the Cowards (2001), met en scène des conducteurs de cyclo et des pêcheurs, couches de la population n’ayant pas accès au développement économique du Vietnam, obligés de remonter chercher de l’oxygène à la surface pendant leur déplacement. Cette vidéo sous-marine est aussi une métaphore des difficultés face à l’existence.
Son projet Breathing is free 12 756,3 km initié en 2007 prévoit de s’étaler sur une quinzaine d’années afin de parcourir le diamètre de la terre, évoquant les difficultés et les souffrances de l’exil. De par ses origines et son parcours, l’artiste se sent à la fois étranger partout et citoyen du monde.
Artiste reconnu internationalement, Jun Nguyen-Hatsushiba a été montré dans de nombreuses manifestations internationales (Biennales de Venise, 2003 et 2005, Lyon, 2005, et Shanghai, 2010).

Pour sa résidence au MAC/ VAL, il souhaite travailler sur le concept de citoyenneté.