Art vocal classique, le ca trù s’est développé dans le delta du Fleuve Rouge à partir des hát khuôn, chants des rites royaux au XIe siècle, puis des hát ả đào, chants des rites villageois. Adopté par la suite comme musique d’art par les lettrés, le ca trù connaît alors une véritable apogée et suscite un vaste répertoire lyrique et mélancolique.

Après quelques frappes sonores du tambour, le luth esquisse quelques notes en guise de prélude et la chanteuse lance le rythme sur sa petite clave de bambou avant d’entonner le poème. La voix ne suit pas un contour mélodique précis mais procède par petites touches, à mi-chemin de la déclamation et du chant. Menaçant à tout moment de se briser sous l’effet d’un vibrato subtilement travaillé, elle s’accorde à merveille à la langueur du texte poétique : « La chute des feuilles d’éléocca en automne, la brume qui descend des nuages, les sons tristes du luth, remplissent le cœur des jeunes filles d’une nostalgie qui se transforme en chagrin d’amour ».

Pierre Bois

 

PROGRAMME

LE CA TRÙ
Chant classique du golfe du Tonkin
par l’ensemble Ca Trù Thái Hà de Hanoi
avec
Nguyễn Thúy Hòa, chant et phách
Nguyễn Kiều Anh, chant et phách
Nguyễn Mạnh Tiến, luth đàn đáy
Nguyễn Văn Khuê, tambour d’éloge trống chầu
Jeudi 20 mars à 20h et dimanche 23 mars à 17h
également en tourné le samedi 22 mars à l’Opéra de Rennes

 

LE ĐỜN CA TÀI TỬ
Musique des lettrés du delta du Mékong
par l’ensemble Quê Mẹ
avec
Thảo Vy, chanteuse
Lê Văn Tư, chanteur       
Phẩm Công Ty, vièle đàn nhị, monocorde đàn bầu, flûte sáo trúc
Phạm Văn Môn, guitare vietnamienne phím lõm
Huỳnh Thanh Tuấn, luth en forme de lune đàn kìm
Võ Văn Kim, cithare đàn tranh
Vendredi 21 mars à 20h et samedi 22 mars à 19h