Santé et Culotte menstruelle : les réponses à toutes vos questions

Que ce soit pour les flux légers ou les règles abondantes, qu’il s’agisse de marques low-cost ou des géants de la protection de menstruations, cela fait de nombreuses années que le duo tampon-serviette hygiénique monopolise le marché. Cependant, de plus en plus de griefs contre ces dispositifs menstruels s’accumulent : important impact sur l’environnement, composition opaque, risque de choc toxique, etc. Après la coupe de menstruations qui n’est pas toujours facile à utiliser, la culotte menstruelle est aujourd’hui très plébiscitée des femmes d’aujourd’hui.

La culotte de règles, comment ça marche ?

Même s’il existe des matières et des formes différentes, qui varient d’une marque à une autre, le principe de la culotte menstruelle reste toujours le même. En effet, il s’agit d’un slip, qui au niveau de la partie de l’entrejambe, dispose de plusieurs couches de tissu. Celles-ci ont été parfaitement conçues afin de permettre une meilleure absorption et une parfaite sécrétion du sang à l’intérieur. C’est magique, non ?

En fait, la technologie du slip menstruel repose essentiellement sur les trois couches qui se trouvent au fond de la culotte :

  • un tissu doux qui absorbe : c’est celui qui est directement au contact de votre intimité. Le coton est le plus utilisé par les marques dans ce contexte ;
  • un tissu qui retient le liquide : il l’attire en fait au coeur du sous-vêtement afin de vous garder bien au sec. De l’eucalyptus ou du bambou est généralement utilisé. Ils ont des propriétés à la fois anti-odeurs et anti-bactériennes. Certaines marques optent pour de la laine mérinos, des nanoparticules d’argent ou encore de la polaire de coton ;
  • un tissu respirant qui est imperméable qui vous évite les accidents. Il s’agit généralement de PUL ou polyester enduit polyuréthane.

    Des règles à zéro déchet

    Il faut avouer que les protections hygiéniques sont très polluantes du fait que dans la plupart des cas, elles ne sont pas recyclables. Pour une trentaine d’années de règles en moyenne pour une femme, en faisant le point, elle peut utiliser plus de 8000 protections menstruelles durant toute sa vie. C’est déjà beaucoup et imaginez l’impact que cela aura sur l’environnement.

    En utilisant des culottes menstruelles, une femme peut réduire son empreinte environnementale, de manière considérable. Ceci est dû au fait que ces dispositifs de règles sont lavables et donc réutilisables. En plus de cela, elles ont une durée de vie beaucoup plus longue. Certaines d’entre elles peuvent avoir une longévité pouvant atteindre une dizaine d’années.

    Est-elle réellement fiable comme protection ?

    Pour une femme qui a des règles à flux légers, normaux ou même abondants, la culotte menstruelle est une véritable libération. Elle peut la porter durant une douzaine d’heures sans qu’il y ait un risque de fuites. Il faut juste savoir choisir et porter le modèle de slip de règles adapté.

    Pour information, les culottes dites normales ont la capacité d’absorber l’équivalent d’un à deux tampons. Vous pouvez les porter durant les jours de flux moyen et léger. Sinon, les slips menstruels à flux ++ peuvent absorber jusqu’à trois à quatre tampons. Il vous est conseillé de les porter durant les jours où vos flux sont les plus abandonnants. Vous n’allez en aucun cas avoir une sensation d’humidité. Bien évidemment, vous sentez le flux s’écouler et votre culotte est humide durant quelques instants, mais comme les couches de tissu font leur travail, cette sensation disparaît aussitôt.